16/03/2013

C'est ce mardi que se tiendra le concert de Vincent Mahiat et par Margaret Todd-Scott

521916_10200492794992194_1546042731_n.jpgRencontre avec Jean-Bernard Barnabé, Directeur de l'Académie des Beaux-arts de Verviers et cofondateur des Minis-Mardis de l'Emulation


Qui est Jean-Bernard Barnabé ?

Flûtiste d’orchestre l’Opéra de Wallonie, puis flûte solo à l’Orchestre Philharmonique de Liège, à l’Orchestre de la RTB ensuite, professeur de flûte à Liège et Verviers, concertiste international, j’ai enseigné au Conservatoire de Verviers pour en devenir le Directeur-adjoint. Je suis aujourd’hui Directeur de L’Académie des Beaux-arts de Verviers.

C’est quoi votre métier ?

Directeur de l’Académie des Beaux-arts, mais je continue à me produire en concert entre 5 et 10 fois par an. C’est un besoin, que ce soit devant 10 ou 60.000 personnes, cela n’a pas d’importance, c’est le contact avec le public qui est très important pour moi.

Vos 38 heures, vous les faites en combien de temps ?

Tout dépend de ce que j’ai en chantier. Il m’arrive de faire 38 heures par semaine, mais il m’arrive aussi d’en faire 60, voire 70. Au-delà de l’aspect de la gestion administrative et pédagogique à l’Académie, je suis constamment en recherche de nouveaux projets pour faire « sortir l’Académie hors de ses murs ». Il faut exporter l’art dans la rue, le rendre visible, le mettre à la portée de tous.

Comment un musicien devient-il Directeur d’une Académie d’Arts ?

J’étais professeur de flûte au Conservatoire de Verviers, j’en suis devenu le sous-directeur. Ensuite, l’opportunité s’est présentée pour occuper le poste de Directeur de l’Académie des Beaux-arts. Il faut savoir que la Communauté française a un seul décret en ce qui concerne l’enseignement artistique. Ainsi, si vous êtes diplômé dans une formation artistique (peinture, photographie, musique, danse…) et que vous possédez les titres requis pour occuper un poste de chef d’Etablissement, c’est possible.

Une rencontre qui a changé votre vie ?

Il y en a plusieurs ! Par ordre chronologique, je dirais sans conteste Jean-Marie Cadiat, mon professeur de flûte au Conservatoire de Verviers. C’est l’homme qui a su, au-delà de son enseignement, me transmettre sa passion pour l’instrument. Ensuite, Guy-Philippe Luypaerts, ancien Directeur du Conservatoire de Verviers et grand compositeur avec qui j’ai eu une très forte relation amicale. Et enfin, mon épouse et mes deux enfants (ndlr tous musiciens).

Votre maître absolu en musique ?

Jean-Pierre Rampal, l’homme qui a donné ses lettres de noblesse à la flûte. J’ai eu la chance de le côtoyer mais aussi de suivre des cours avec lui. Il y a aussi bien sûr Brahms et Wagner.

Votre mantra ?

« Il faut arrêter de se lamenter, il faut avancer ». !

Publié dans 5 minutes avec... Écrit par Nadine Delrez |  Facebook |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.