18/04/2013

Rencontre avec Christiane Rutten, Présidente des "Concerts du dimanche matin" de Verviers

Christianne.jpg

"Ruptures", c'est ce week-end, l'occasion de passer 5 minutes avec Christiane Rutten.

 

Crédit photo : Raymond Colignon



Qui est Christiane Rutten ?

Une passionnée d'Arts en général et de musique en particulier !

C’est quoi votre métier ?

Plutôt que d'un "métier", je préfère parler d'un "état", je suis pianiste, et passionnée...

Cette passion, j'ai tout naturellement eu envie de la transmettre, j'ai donc enseigné le piano au Conservatoire de Verviers avant d'en devenir, il y a 8 ans, la Directrice -adjointe.

Vos 38 heures, vous les faites en combien de temps ?

Je ne compte pas en terme d'heures, il m'arrive de travailler sept jours sur sept. Au delà de mon travail de Directrice-adjointe au Conservatoire (qui revêt un rôle assez administratif), j'ai besoin de jouer, de créer, de mettre en place des projets tel que "Ruptures" pour rester dans la réflexion, dans la recherche, dans la transmission.

Comment en êtes-vous arrivée là ?

Ma mère a pris l'initiative de m'inscrire au Conservatoire de Verviers, j'avais 6 ans, je venais de rencontrer mon premier amour, le piano. A l'âge de 12 ans, je savais que je voulais en faire mon métier, je voulais être instrumentiste, et je le suis devenue ! Aujourd'hui, j'ai toujours ce besoin de toucher mon piano, la musique, c'est un investissement total, comme en amour...

Une rencontre qui a changé votre vie ?

Il n'y en a pas qu'une...

Sur le plan personnel, la naissance de mon fils fût une véritable rencontre qui a fondamentalement modifié mon positionnement face à la vie.

Sur le plan professionnel, je ne pourrais pas ne pas citer Mme Longrée-Poumay, (pianiste, professeur honoraire du Conservatoire Royal de Liège, professeur extraordinaire à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth) qui m'a non seulement enseigné le piano, mais aussi qui m'a forgé un caractère. Elle a été capable de me transmettre cette force dont a besoin tout artiste pour affronter la scène. Elle a formé plusieurs générations de pianistes, reconnaissables à ce que j'appelle "la patte Juliette Longrée". Elle fait partie de ma vie...

Plus tard, lors d'un Master Class en Suisse, j'ai eu la chance de rencontrer Emmanuel Gerona, pianiste italien, qui fût une révélation pour moi sur le plan professionnel.

Et enfin, une sophrologue extraordinaire qui m'a permis de me repositionner vis-à-vis de moi-même.

Votre maître absolu en musique ?

Je n'ai pas à proprement parler de "maître absolu", mais un de mes numéros 1 est Murray Perahia (pianiste et chef d'orchestre américain). qui reste un artiste de référence malgré le temps qui passe. J'aime aussi beaucoup Arcadi Volodos (pianiste russe reconnu pour ses interprétations  de Sergueï Rachmaninov et de Franz Liszt).

Votre mantra ?

"Sois contente de tout, tout le temps "

Publié dans 5 minutes avec... Écrit par Nadine Delrez |  Facebook |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.